Header site2

Que vos lampes soient allumées

« Que vos lampes soient allumées » (Luc 12 :35)

Que vos lampes soient alluméesLes versets bibliques de ces dimanches de l’Avent nous exhortent à veiller jusqu’au retour du Seigneur, à être vigilants, car  on ne connaît ni le jour  ni l’heure.

La période de l’Avent  que nous vivons pendant les quatre dimanches précédant Noël se rapporte à la venue du Seigneur, sur  les  trois modes du verbe venir , avec lui, le Seigneur, comme sujet. 

Il est déjà venu, il y a plus de 2000 ans, et c’est l’objet de notre joie à Noël.

Il viendra, c’est certain, puisqu’il nous l’a promis et nous l’affirmons dans notre credo.

Mais le Seigneur vient. Il est présent. Il est vivant. Il vient à notre rencontre. Il frappe à nos cœurs.

Parallèlement aux versets qui nous sont donnés dans les évangiles de Matthieu et de Luc, ceux de Luc 12 :35-38 et 40, me semblent particulièrement  explicites et correspondent mieux aux réalités de notre Fpma à La Réunion.

Les lampes dont parle Jésus, dans les paraboles sur la vigilance, sont celles de notre foi.

L’image nous renvoie aux villages dans le pays, soit parce que  l’électricité n’est pas  advenue, soit parce que les mesures de délestage, c'est-à-dire les coupures de courants, fréquentes ou  permanentes, privent la population  de lumière et l’ oblige à recourir aux lampes, à pétrole, ou avec du suif de boeuf.

Avoir les lampes allumées signifie alors ne pas rester dans le  fenoir , comme disent nos amis créoles,  ne pas sombrer  dans les ténèbres du désespoir.

Cela ne veut naturellement pas dire que nous ne connaissons pas des moments de doute, de découragement, parfois même d’éloignement.

Mais si fragile que soit la lampe de notre foi, elle est vitale, car c’est une lueur dans la nuit, elle nous guide, et nous réconforte.

Et ne l’oublions pas Celui qui a dit « Je suis la lumière du monde. Celui qui vient à ma suite ne marchera pas dans les ténèbres ; il aura la lumière qui conduit à la vie » (Jean 8 :12).

En même temps, la lueur de nos lampes sert à éclairer le chemin, la route de ceux et celles qui nous entourent. Ne sommes nous pas appelés, à notre tour,  à être le « sel de la terre et la lumière du monde »(Mattieu 5 : 13-15).

 

Ayons donc une entière confiance lui.

 

Que nous trouvions, tôt ou tard, un nouveau lieu de culte à Saint Denis, que nous soyons en attente du  pasteur à plein temps, que nous nous attelions dès maintenant à l’accueil du CœurUni en 2016, nous nous mettons à la besogne, « en tenue de travail » (Luc 12 :35),  certains du soutien que le Vivant  nous accorde.

 

Que le vent de la division ou le souffle de la désunion ne parviennent pas à éteindre  la lumière de nos lampes.

Certes la crise nous fait subir ses effets pervers,  mais, par nos prières et par notre attachement aux paroles  de notre Seigneur Jésus, nous restons fermes.

Nous ne sommes pas chrétiens d’un moment , dont la foi ressemble au grain ensemencé dans des endroits pierreux ; et qui n’a pas de racine (Matthieu 13 : 20)

Nous sommes, chaque jour, disposés à la louange de Dieu l’Eternel.

Nous nous donnons-à tout moment, ensemble ou séparément, l’occasion de rendre grâce au Seigneur, par nos lampes allumées.

 

Pasteur Josoa Rakotonirainy

04 novembre 2014

pensée du jour Josoa Rakotonirainy