Header site2

Religion et Vie de Couple font bon ménage

"Les clés du bonheur dans la vie du couple" par le Pasteur RAKOTONIRAINY

"Les clés du bonheur dans la vie du couple[1]"

 

Religion et Vie de Couple font bon ménage

En attendant la fête des Pères et afin de bien asseoir l’idée de la Bible sur l’indispensable complémentarité de l’homme et de la femme, dans l’union du mariage, idée que le Christ a corroborée dans ses déclarations (voir Matthieu 19,5 ; Marc 10,7), je transcris ici le texte d’une prédication que j’ai faite lors d’un mariage.

 

Prédication au mariage de F. C. R. et  F. G, célébré à  l’Eglise Catholique de Saint Paul, à La Réunion, le samedi 21 Novembre 2009.

 

Je me suis mis avec plaisir et  gaieté de cœur,  à  rassembler pour F. et F., ainsi que pour  leurs invités,  une série de propos sous forme de brèves explications et de conseils pratiques,  sous le titre les  clés du bonheur dans la vie du couple.

 

Quelles sont donc les clés du bonheur dans la vie du couple ?

 

Avant de commencer, permettez-moi de rendre grâce à Dieu. Oui, que Dieu soit loué de nous avoir permis de vivre plus de quarante trois ans de vie conjugale, moi et ma chère épouse Eveline, qui est ici  et à qui je rends affectueusement hommage pour le bonheur qu’elle a su et voulu   partager avec moi.

 

Ainsi, avec le témoignage de nos expériences de vie conjugale,  enrichi encore d’autres témoignages recueillis par ci, par là,  tout en m’appuyant sur  les recommandations de la Bible,  je pourrais dire, en toute humilité, quelles sont les  clés du bonheur dans la vie du couple.

 

  1. 1.      Le dialogue, clé du bonheur  dans la vie du couple

 

Je dirais tout simplement que le dialogue est la première clé du bonheur dans la vie du mariage. En effet, pour que le couple puisse se comprendre, s’entretenir et se tolérer mutuellement, le dialogue est indispensable. Un des plus grands obstacles au bonheur des époux est précisément leur manque de dialogue. Une telle lacune engendre presque inévitablement l’incompréhension, le doute, les querelles, le malentendu, la rupture ou tout simplement un mariage malheureux.

Et Dieu sait s’il n’y a pas beaucoup de gens qui vivent sous le toit du mariage, durant des années, mais qui ne sont pas heureux, faute d’avoir fait l’effort du dialogue !

 

Voici quelques règles d’or du dialogue : - Sachez écouter avec attention  et ne répondez  que lorsque votre conjoint a fini de parler – Soyez lent à parler. Réfléchissez d’abord. Parlez de telle façon que votre conjoint comprenne bien ce que vous voulez dire – N’utilisez pas le silence pour frustrer votre conjoint –N’oubliez pas qu’il est possible d’avoir un avis différent sans pour autant devoir se disputer – Soyez aimable dans vos réponses - Ne répliquez jamais avec colère - Sachez reconnaître vos torts et sachez demander pardon – Cherchez à comprendre, avant d’être compris. Soyez tolérant et prenez sincèrement à coeur les intérêts de votre conjoint.

 

Il faut  accorder au dialogue le temps nécessaire. Pour la vie du couple, c’est vital de prendre  le temps de se parler, d’apprendre à se parler, car bien de couples ne savent pas se parler.

Ne sacrifiez jamais votre amour, et ne sacrifiez jamais  le dialogue qui entretient l’amour, gage du bonheur,  au  travail ou à  d’autres occupations. Si possible, évitez  de vous séparer trop longtemps (pas au-delà de trois mois) et trop fréquemment. Cela  nuit dangereusement aux possibilités de dialogue. Cependant, ne prenez pas de mal à des petites séparations, car c’est en vous séparant momentanément de l’autre que vous appréciez davantage ce qu’il a de précieux. 

Un bon dialogue doit se terminer par des gestes d’amour et de tendresse entre les deux époux. J’en arrive avec la seconde clé du bonheur dans la vie du mariage.

 

2. Les relations sexuelles constituent une clé du bonheur pour le couple

 

Dans la liturgie du mariage, on évoque le texte de Genèse 2,26 ; « Aussi l’homme laisse-t-il son père et sa mère pour s’attacher à sa femme, et ils deviennent une seule chair ». Sans  fausse pudeur, ne s’agit-il pas là d’union sexuelle entre deux êtres ?

Et  le livre de la Genèse  déclare  au sujet de toute sa création, y compris l’union du mariage:   « Et voici cela était très bon » .

Dieu dans sa sagesse et dans son dessein pour le couple, institua les relations sexuelles non seulement pour la procréation, c'est-à-dire pour la propagation du genre humain, mais aussi pour le plaisir des conjoints.

 

Le sexe n’est certes pas la seule clé de bonheur du couple, mais il représente un élément important pour la réussite du mariage.

C’est la merveilleuse expression d’amour,  d’unité de deux personnalités. Le désir sexuel est d’ailleurs une des forces les plus grandes qui attirent le mari et la femme l’un vers l’autre.

Ainsi, les relations sexuelles normales renforcent et stabilisent le mariage.

 

Les fruits de l’union sexuelle sont d’abord le plaisir (à ne pas confondre avec  la luxure ou la sensualité). Les fruits de l’union sexuelle saine sont encore  la confiance réciproque, l’harmonie, le sentiment de dignité personnelle, l’amour et une unité toujours grandissante. Ces relations demandent tout un apprentissage.

 

Là je dirais que l’ennemi mortel de l’amour est la monotonie. Evitez toute monotonie.

Ne célébrez  pas la « lune de miel », une seule et unique fois dans la vie, mais répétez votre  « lune de miel », autant de fois qu’il est  possible. La « lune de miel », c'est  l’instant heureux où les époux gouttent au plaisir de l’amour à deux.

 

Dans l’union sexuelle, c’est en cherchant à satisfaire les besoins de votre conjoint, que vous-mêmes vous serez comblé(e). L’harmonie sexuelle prend sa source dans la recherche du bonheur de l’autre.

 

Toutefois, soulignons le fortement, que les relations sexuelles ne doivent se pratiquer que dans le cadre strict des liens du mariage. Toute expérience sexuelle extraconjugale ne portera que des fruits amers. En un mot, elle détruit une personne et la sépare de Dieu.

 

3. La communion et le partage, le don de soi,  également  une clé du bonheur dans la vie conjugale

 

Dieu a fondé le mariage dans le but de combler le vide chez l’homme. « Il n’est pas bon que l’homme soit seul », dit le texte fondateur du mariage dans Genèse.

Et l’amour agapé n’est-il pas essentiellement don de soi ?  Le proverbe malgache qui dit : « ny hanambadian-kiadanana » est théologiquement incorrect : on ne se marie pas pour devenir heureux, mais pour rendre heureux.

Les époux  doivent  réaliser ce qu’est le partage,  qui consiste à mettre en commun les qualités  et les talents complémentaires que Dieu a donnés à chacun d’eux. Toutefois, cet effort doit être réciproque, et non le désir d’un seul des conjoints, comme c’est malheureusement souvent le cas.

L’homme et la femme doivent apprendre à se servir de leurs différences, non pour s’opposer l’un l’autre, mais pour se compléter et s’enrichir l’un l’autre.

 

Et en plus, en épousant votre conjoint, vous épousez  aussi sa famille. Ce qui veut dire qu’il faut être en bonne harmonie avec la belle famille pour pouvoir prétendre au bonheur du couple. Développez au sein de vos familles respectives le sens de l’esprit de  communion et de partage, source de bonheur.

En plus de la différence de vos nationalités d’origine, vous avez choisi de garder votre religion. Soyez  de bons chrétiens, témoins d’ouverture d’esprit,  facteurs de bonne entente entre  différentes religions et courants d’idées. Vos enfants seront des métis. C’est loin d’être un problème. Avec une éducation responsable, vous pouvez faire de vos enfants  des bénéficiaires des avantages  de l’appartenance à deux mondes différents et qu’ils en sachent aussi faire bénéficier leurs entourages.

 

Attendez-vous à toutes sortes de difficultés de la vie : maladies, accidents, perte de travail, perte de l’être cher etc mais tenez bon, armez-vous d’un bon sens de communion et de partage, bref d’unité.

Préparez vos vieillesses à temps.

 

Ayez une confiance sans faille et renouvelée en Dieu par une vie de prière et de service des autres. Le service des autres nous rend heureux. La bible nous enseigne « Qu’ il y a plus de bonheur à donner qu’à recevoir » (Actes 20 :35).

 

Et pour terminer, j’aimerais vous citer le Psaume 127 qui dit : «Si le Seigneur ne bâtit la maison, ses bâtisseurs travaillent pour rien, si le Seigneur ne garde la ville, la garde veille pour rien ».  

 

Que Dieu soit avec vous. Amen.



[1] Le couple dont on parle ici est celui homme-femme