Header site2

ILE DE LA REUNION

Des liens qui nous unissent

ILE DE LA REUNIONSi l’épreuve du Grand Raid, qui débutera le jeudi 23 octobre prochain, à 22h30 au lieu de 23h, il  représentera 9 kilomètres supplémentaires, par rapport au tracé habituel. Cette 22ème édition  du Grand raid, encore appelé Diagonale des Fous, tiendra compte, selon les organisateurs,  de la sagesse et de sécurité. Elle évitera le passage au col du Taïbit, jugé trop dangereux, suite aux récents éboulements du 29 aout  dernier. Le sentier menant  à ce col est trop étroit, le moindre écart pourrait avoir de dramatiques conséquences.  Les coureurs passeront donc par le Bloc, avant de rejoindre le gîte du Piton des Neiges, Bélouve, Roche-Plate, Marla et le Maïdo.

Ces quelques lignes révèlent  un intérêt autre que sportif.

Les noms des lieux qu’elles évoquent  recèlent, avec d’autres noms de lieu ou d’objet,  les traces de la présence des Malgaches, dans l’élaboration de l’histoire de l’île de la Réunion.

Bon nombre de noms de lieu, d’endroit  ou d’objet à La Réunion sont d’origine malgache et sont dus à des Malgaches qui ont vécu dans l’île.

Les touristes étrangers et la population locale savent que Mafate ,  pour l’un des trois  cirques,  provient du mot malgache Mahafaty , qui veut dire Qui fait mourir (par le précipice). Les noms des deux autres cirques, lesquels  font la renommée de l’île, ne sont pas moins d’origine malgache.   Cilaos vient de Tsy ilaozana, c'est-à-dire Qu’on ne quitte pas ; Salazie vient de Salaza c'est-à-dire foyer où l’on fait sécher ou cuire les aliments.

Pendant quelques jours, le Grand Raid  va donc  attirer l’attention des coureurs et organisateurs  sur   quelques noms d’endroit  se  situant sur le trajet   de  cette illustre compétition. Ces quelques noms ayant  subi l’érosion du temps  dissimulent plus ou moins mal leur origine malgache.

C’est ainsi que le  Taïbit,  pour désigner le fameux col, vient du mot Taim-bitro c'est-à-dire crotte de lapin. Celui  ou celle qui l’a déjà vu, de visu ou en photo, comprend pourquoi  cet endroit porte ce  nom. C’est  à cause des  petites roches noires, qui s’entassent les unes auprès des autres, rappelant les excréments  des lapins.

Marla, pour le nom du village à l’orée du cirque de Mafate, aurait pour origine Maro lahy, c'est-à-dire Là où il y a beaucoup de mâles. Belouve viendrait de Be lova qui veut dire Là où il y a beaucoup d’héritage ; Maïdo proviendrait-t-il de Mai-doha, c'est-à-dire que La tête est brulée (à cause de la haute altitude du site).

Mais il n’y a pas que les appellations d’endroit ou de lieu, beaucoup de mots d’origine malgache restent dans la pratique des Réunionnais.

Le mot Gony qui désigne le sac en toile de jute servant à mettre le riz ou autre denrée, rentre dans la panoplie du vocabulaire usuel de l’île. Un proverbe créole réunionnais dit : Goni vid tienbo pa dobout. La sagesse de ce proverbe dit  que tant qu’on est plein, on tient debout.

Un autre proverbe réunionnais dit Odrémié in poti tek-tek dan out min, k’in gro papang si pié d’boi.Le sens de ce proverbe est qu’il vaut mieux se contenter de capturer un petit oiseau, comme le tek-tek, que de prétendre pou voir attraper un grand oiseau, tel  le Papango,  (nom d’origine malgache du milan), dont on n’est pas sûr de se rendre maître.

Des proverbes malgaches abondent dans le sens de la vertu  d’être ensemble ainsi que celle de la nécessité de coopérer, voire  étendre les liens qui nous unissent, limiter ce qui nous sépare,  pour le développement de l’homme.

Un proverbe malgache dit : Aza tsy tia olona fa ny olona no harena, que l’on peut traduire par Que les hommes ne soient pas indifférents, car c’est la richesse.

Un autre proverbe malgache dit : Tantanam-by sy tsofa vy ; havana manajary havana, c'est-à-dire un marteau, une lime, deux amis qui  s’aident ou s’entraident.

Dans l’Ancien Testament, le livre des  Proverbes annonce : Ne s’égarent-ils pas, ceux qui forgent le mal ? Mais amitié et loyauté chez ceux qui forgent le bien  (Proverbe 14 :22).

Le même livre des Proverbes avise que Dans le cœur des artisans de mal ; il y a de la fausseté ; mais pour ceux qui conseillent la paix, c’est la joie ! (Proverbes 12 :20).

S’agissant de nous Malgaches, à La Réunion, en  vertu des liens, par le sang ou par des éléments du langage,  qui nous unissent aux habitants de cette île voisine, et tant que faisant partie du  même  monde indianocéanique, unissons nos efforts, avec nos voisins réunionnais, pour bâtir une société de justice et de paix.

Pasteur Josoa Rakotonirainy

16 octobre 2014

pensée du jour